Crise financière: que nous a-t-elle appris?

En 2007, le monde financier s’est effondré comme un château de cartes. Les années qui suivirent furent caractérisées par une succession de petites crises. Mais où en sommes-nous 10 ans plus tard? Quelles leçons en avons-nous tiré? 
  • 18 décembre 2017
Wachten op … het inflatiespook

Leçon 1: Une régulation et un contrôle financiers stricts sont indispensables

Le principal reproche entendu pendant la crise était le manque de discernement des experts économiques. Comment est-il possible que personne n’ait vu venir la crise? Comment a-t-elle pu frapper aussi fort sans le moindre signe avant-coureur? La réponse se trouve dans la dérégulation et le système bancaire parallèle: une opacité totale. Le résultat d’un défaut général de régulation et de contrôle du secteur bancaire.

Leçon 2: Les décisions financières sont guidées par les émotions

L’homo œconomicus, hyper-rationnel, n’existe pas et n’a jamais existé. Quoique la plupart des modèles et théories économiques soient issus d’un processus décisionnel rationnel et dépourvu d’émotions, les choses restent différentes dans la pratique. Des connaissances incomplètes et les émotions jouent un rôle crucial dans le processus décisionnel humain, même lorsqu’il s’agit de décisions financières. Être informé est indispensable, mais une décision n’est jamais prise de manière purement rationnelle et ne peut donc jamais être parfaitement prédite. 

Leçon 3: Les prêteurs ultimes sont essentiels

Tandis que les banques gémissaient, les organismes publics sont passés au premier plan et ont pris les choses en main. Les banques centrales ont injecté de l’argent et acheté des titres et des parts pour faire pression sur les taux d’intérêt. Les gouvernements ont lancé des programmes d’aide et ont creusé leur déficit pour permettre aux entreprises et ménages de respirer. Ces initiatives ont permis d’éviter une ‘Grande Dépression’ comme celle qui a marqué les années 30.

Leçon 4: Les épargnes ne boostent pas l’économie

Selon la théorie de ‘l’austérité expansive’ de deux économistes d’Harvard, les épargnes budgétaires ont des effets positifs sur l’activité économique. Même la BCE a suivi ce raisonnement: l’idée que les ménages et entreprises reprendraient rapidement confiance en voyant que suffisamment d’épargnes budgétaires ont été dégagées. Mais, si tout le monde épargne, si les taux d’intérêt atteignent un niveau historiquement bas et si le taux de change n’offre plus aucune compensation, il se peut alors que ces épargnes entravent encore un peu plus la croissance.  

Leçon 5: Il n’y a plus aucune certitude

Il est impossible d’affirmer catégoriquement qu’il n’y aura plus de crise financière. Même avec les leçons apprises ces dernières années. Cela n’enlève rien au fait que de grandes mesures ont été prises. Le paysage financier a été redessiné en profondeur. La régulation stricte et le contrôle poussé des instances de surveillance (NBB, BCE...) apporteront davantage de transparence et permettront d’éviter les activités souterraines, mais aussi de réagir plus rapidement.

 

Votre avis nous intéresse

Veuillez intoduire votre initiales.

Veuillez rédiger un commentaire.

Soyez le premier à ajouter un commentaire.

Nous sommes là pour vous.

Tous les jours de 8h30 à 19h00
Vendredi jusqu'à 18h30

Stephane Ginestet Cathérine Hamelink
Veuillez introduire uniquement des chiffres svp erreur Merci. Nous vous contactons aussi vite que possible.
et on vous rappelera!