Épargner dès l’enfance: le bon réflexe

Les jeunes épargent à peine et préfèrent dépenser leur argent dans des gadgets à la mode, tel est le cliché. Mais est-ce la réalité? Ou bien ces jeunes résidant encore chez leurs parents se préparent sérieusement à vivre de manière autonome grâce à une belle épargne?
  • 08 septembre 2017
Épargner dès l’enfance: le bon réflexe
Pascal Paepen

Pascal Paepen

Expert boursier et professeur

Les jeunes épargent plus qu’on ne le pense

Si vous pensez que la jeune génération jette son argent par les portes et les fenêtres en achetant smartphones, vêtements et toutes sortes de gadgets, vous faites fausse route. Qui plus est: une étude récente montre que la majorité des jeunes Belges, vivant encore chez leurs parents, se constituent un confortable bas de laine. Un résultat surprenant, mais surtout rassurant. 

Les jeunes Belges épargnent plus qu’attendu

Ils souhaitent un coup de pouce financier de leurs parents, telle est une première constatation importante de l’enquête menée auprès de 600 jeunes âgés de 12 à 25 ans habitant encore chez leurs parents. Ils prévoient de quitter le nid familial avec un pécule d’environ 10.000 euros. Mais les jeunes Belges épargnent également assidûment pour plus tard : ils mettent en moyenne 1.050 euros de côté chaque année, ce qui représente environ 41% des 2.569 euros qu’ils reçoivent comme argent de poche (759 euros) ou gagnent en effectuant de menus travaux ou en acceptant un job d’étudiant (1.810 euros).

Près de 9 sur 10 (86%) déposent leur argent de poche sur un livret d’épargne. Les jeunes qui ne disposent pas d’un compte bancaire deviennent donc progressivement des oiseaux rares. Heureusement, car épargner sur un compte d’épargne fait en soi partie de l’école de la vie : non seulement vous percevez des intérêts – certes très minimes – mais vous gérez également votre argent. Vous constatez ainsi très vite que vous dépensez plus rapidement l’épargne que vous transférez vers votre compte à vue.

86%
des jeunes belges déposent leur argent de poche sur un livret d’épargne.

Prendre de l'avance

Nous pouvons donc d’ores et déjà mettre fin à un mythe: les jeunes Belges ne consomment pas massivement, malgré les efforts acharnés des publicitaires. Par ailleurs, ils n’épargnent pas pour des achats spécifiques, mais pour plus tard. Parce qu'ils s'inquiètent de leur avenir financier.

L’épargne est donc une forme de consommation différée, qui facilitera un achat important ultérieurement. Le montant épargné peut ainsi, après 10 ou 20 ans, se transformer en une coquette somme, servir d’apport personnel pour l'achat d'une maison ou pour démarrer une entreprise. La banque ne leur prêtera en effet jamais la totalité du montant.

À cet égard, les jeunes qui n’épargnent pas risquent donc d'accuser un sérieux retard par rapport à leurs congénères qui mettent effectivement de l’argent de côté. Ils pourront effectuer moins vite des achats importants ou devront peut-être se résigner, contraints et forcés, à contracter un coûteux crédit à la consommation.

Épargner des friandises

En réalité, les jeunes épargnants ressemblent aux enfants intelligents de ladite « expérience des marshmallows ». Dans cette expérience menée dans les années '60 et ‘70 par l’Université de Stanford en Californie, les participants recevaient tous un marshmallow – une sorte de guimauve. Ceux qui parvenaient à attendre un quart d’heure avant de le manger, en recevaient un second à titre de récompense.

Les enfants qui, à l’époque, ont attendu leur récompense ont également mieux réussi que les autres dans leur vie future, et ce, à différents niveaux. Ils ont obtenu notamment de meilleurs résultats dans leurs études et sont parvenus à mieux contrôler leur masse corporelle. Bref, ce qu'on apprend au berceau, dure jusqu'au tombeau. L’enfant qui a acquis le réflexe d’épargner continuera également de le faire plus tard, dans la mesure du possible.

Votre avis nous intéresse

Veuillez intoduire votre initiales.

Veuillez rédiger un commentaire.

Soyez le premier à ajouter un commentaire.

Nous sommes là pour vous.

Tous les jours de 8h30 à 19h00
Vendredi jusqu'à 18h30

Stephane Ginestet Cathérine Hamelink
Veuillez introduire uniquement des chiffres svp erreur Merci. Nous vous contactons aussi vite que possible.
et on vous rappelera!