Comment ça les taux n'augmentent pas?

La perspective d’une augmentation des taux d’intérêt provoque d’énormes fluctuations boursières. Mais que signifie au juste cette augmentation? Comment se fait-il que le taux d’intérêt des livrets d’épargne reste bas? Explications de Pascal Paepen.
  • 19 février 2018
Les taux d’intérêt vont-ils augmenter?
Pascal Paepen

Pascal Paepen

Expert boursier et professeur

Quel taux d’intérêt augmente?

L’année a bien débuté pour les marchés financiers. Dans les bourses, les cours des actions ont zigzagué entre euphorie et morosité. Ce pessimisme serait essentiellement dû à la forte augmentation des taux d’intérêt que nous avons vue au cours des dernières semaines. Une augmentation? Comment ça? Les intérêts des livrets d’épargne n’ont pourtant qu’un rendement très modeste...

En effet. Dans la zone euro, les taux d’intérêt à court terme n’ont pas augmenté, mais les intérêts à long terme en euros ont quant à eux fortement grimpé, tout comme les intérêts en dollars US.

Le marché monétaire

Les marchés financiers peuvent être divisés en deux grandes catégories: le marché monétaire et le marché des capitaux. Sur le marché monétaire, on établit les prix des devises. On peut par exemple y échanger ses euros contre des dollars. On y trouve également les tarifs de produits de taux à court terme, comme par exemple un dépôt à terme pour une semaine, ou trois mois, du moment qu’il s’agit d’une durée inférieure à un an. On remarque actuellement trois grandes tendances sur le marché financier: l’augmentation des taux d’intérêt en dollars, les taux d’intérêts d’un niveau toujours historiquement bas en Europe et la force de l’euro. 

Les taux d’intérêt grimpent en Amérique

L’augmentation des taux d’intérêt à court terme en dollars n’a rien de surprenant. Cela fait des années que l’économie américaine se porte mieux que, par exemple, l’économie européenne. Le chômage aux États-Unis a même atteint, en janvier, son taux le plus bas en 17 ans. À peine 1 Américain sur 25 est en recherche d’emploi. Cette situation favorable conduit à des salaires plus élevés ainsi qu’à une augmentation du niveau général des prix (inflation). Afin de contenir quelque peu cette inflation, la Banque centrale américaine a déjà augmenté plusieurs fois les taux d’intérêt à court terme en dollars. Après trois de ces augmentations en 2017, ces taux d’intérêts se situent entre 1,25 % et 1,50 %. On s’attend à ce que ces taux soient de nouveau augmentés trois fois cette année pour dépasser les 2 %.

De faibles intérêts en Europe

Pendant ce temps, en Europe, les taux d’intérêt à court terme conservent un niveau historiquement bas. Le tarif contre lequel les banques peuvent déposer leurs euros à la Banque centrale européenne (BCE) est même toujours négatif (-0,40 %), et les choses ne semblent pas devoir changer cette année. Tout comme aux États-Unis, le chômage diminue en Europe, mais l’inflation reste pour l’instant en dessous des 2 % souhaités, de sorte que la BCE n’estime pas nécessaire d’augmenter les taux d’intérêt.

Un euro fort

La force de l’euro fait elle aussi obstacle à une augmentation des taux d’intérêt. Alors qu'un euro cher défavorise l’export de la zone euro vers les États-Unis, un taux d’intérêt plus élevé en euros ne rendrait cette devise que plus chère encore. Si nous devions avoir, en Europe, une augmentation des taux d’intérêt à court terme, celle-ci se produirait probablement en premier sur... les livres britanniques. En Grande-Bretagne, l’inflation excède en effet déjà le niveau que la Bank of England estime « idéal » (2%).

Le marché des capitaux

Voilà donc ce qui explique les taux d’intérêt à court terme et le fait que les Britanniques bénéficieront bientôt de taux d’intérêt plus élevés sur leurs comptes d’épargne en livres, mais pas nous, avec nos euros.

Mais il existe aussi le marché des capitaux. C’est là que sont commercialisés des produits dont la durée excède un an, tels que des obligations d’entreprises, des bons d’État et des actions. Là encore, le taux d’intérêt en euros était encore particulièrement faible il y a quelques mois encore. En souscrivant un bon d’État en décembre, il fallait s’attendre à des intérêts annuels de seulement 0,50 %. Mais le taux d’intérêt des obligations d’État belges sur dix ans est entre-temps passé à près d’1%.

Cette multiplication par deux des taux d’intérêt met dans l’embarras les gouvernements et entreprises qui souhaitent emprunter. Les personnes désirant prendre une hypothèque ou faire un autre type d’emprunt à taux fixe devront dorénavant elles aussi payer un peu plus. Entre-temps, le taux d’intérêt américain sur dix ans est passé à presque 3%, et les taux d’intérêt de la zone euro vont eux aussi encore augmenter. Aussi, vous feriez mieux d’attendre avant d’acheter un bon de caisse, un bon d’État ou tout autre type d’obligation. L’augmentation des taux d’intérêt a cependant également occasionné des prises de bénéfices sur le marché boursier. Les cours des actions ont beaucoup augmenté ces dernières années, il est donc logique d’assister à une correction (diminution).

Les chasseurs de bonnes affaires peuvent en tirer quelque avantage mais, les cours étant toujours bas, il est raisonnable de conserver un peu de liquidités.  

Les personnes souhaitant prendre une hypothèque ou faire un autre type d’emprunt à taux fixe devront dorénavant payer un peu plus.

Cette multiplication par deux des taux d’intérêt met dans l’embarras les gouvernements et entreprises qui souhaitent emprunter. Les personnes désirant prendre une hypothèque ou faire un autre type d’emprunt à taux fixe devront dorénavant elles aussi payer un peu plus. Entre-temps, le taux d’intérêt américain sur dix ans est passé à presque 3%, et les taux d’intérêt de la zone euro vont eux aussi encore augmenter. Aussi, vous feriez mieux d’attendre avant d’acheter un bon de caisse, un bon d’État ou tout autre type d’obligation. L’augmentation des taux d’intérêt a cependant également occasionné des prises de bénéfices sur le marché boursier. Les cours des actions ont beaucoup augmenté ces dernières années, il est donc logique d’assister à une correction (diminution).

Les chasseurs de bonnes affaires peuvent en tirer quelque avantage mais, les cours étant toujours bas, il est raisonnable de conserver un peu de liquidités.  

Votre avis nous intéresse

Veuillez intoduire votre initiales.

Veuillez rédiger un commentaire.

Soyez le premier à ajouter un commentaire.

Nous sommes là pour vous.

Tous les jours de 8h30 à 19h00
Vendredi jusqu'à 18h30

Stephane Ginestet Cathérine Hamelink
Veuillez introduire uniquement des chiffres svp erreur Merci. Nous vous contactons aussi vite que possible.
et on vous rappelera!