L’inflation a-t-elle une influence sur ma pension?

Cette question a beau sembler simple, il convient, pour y répondre, d’appréhender la situation dans son ensemble. L’expert financier Cédric Boitte aborde plus en profondeur les différents facteurs d’influence.
  • 28 mai 2018
L’inflation a-t-elle une influence sur ma pension?
Cédric Boitte

Cédric Boitte

Rédacteur financier

Quel est l'impact de l'inflation sur ma pension?

Une question simple qui mérite toutefois une réponse complète. L’impact de l’inflation est en effet multiple et dépend d’autres facteurs comme les mécanismes d’indexation ou les taux d’intérêt. La faiblesse de ces derniers rend d’ailleurs la problématique de l’inflation beaucoup plus aiguë.

L’inflation et ma pension légale

L’inflation ne devrait a priori pas avoir d’impact sur la pension légale des salariés. Tant les salaires que les pensions légales sont en effet indexés. Cependant, ce mécanisme d’indexation demeure imparfait. Tout d’abord, les mesures d’inflation ne tiennent pas compte de l’évolution des standards de vie. Le processus demeure aussi largement dépendant des décisions politiques. En 2015, le gouvernement fédéral a ainsi décidé de procéder à un saut d’index de 2% dans le but d’améliorer la compétitivité de la Belgique. Dans les années 90, les autorités ont décidé de lier le processus d’indexation à l’indice santé, excluant plusieurs dépenses (carburants, alcool, tabac). Le saut d’index et l’indice santé représentent au total une perte de pouvoir d’achat de 6% depuis janvier 1994. 

Contrairement aux salariés, les indépendants ne bénéficient pas de mécanisme d’indexation. Leurs revenus, qui servent de base au calcul de leur pension légale, dépendent directement de leur niveau d’activité.  

6%
est la perte de pouvoir d’achat representée au total par le saut d’index et l’indice santé depuis janvier 1994.

L’inflation et ma pension du second pilier

Afin de limiter la perte de revenus à l’âge de la pension, les autorités encouragent le développement du second pilier, c’est-à-dire la pension extralégale constituée dans le cadre de son emploi : assurance-groupe ou fonds de pension pour les salariés, PLCI pour les indépendants et EIP pour les dirigeants d’entreprises. En Belgique, cela concerne 3,4 millions de personnes, soit un actif (18-64 ans) sur deux. Les salariés bénéficiant d’une pension complémentaire avec prestation définie (par exemple 70% du dernier salaire) sont en principe protégés du risque d’inflation. Ils sont toutefois de moins en moins nombreux, les plans de pension à contribution définie s’étant généralisés. Pour les salariés, le rendement garanti a  été abaissé de 3,75% à 1,75%, ce qui ne suffisait pas à compenser l’inflation en Belgique en 2017 (2,1%). Pour les indépendants et dirigeants d’entreprise, le rendement garanti dépend de chaque contrat, mais demeure dans tous les cas inférieur à l’inflation (entre 0% et 1,75% actuellement). En l’absence de participations bénéficiaires, le pouvoir d’achat des pensions du second pilier est donc grignoté par l’inflation.

L'inflation et mon épargne-pension

En Belgique, plus de 2,5 millions de personnes souscrivent également à une épargne-pension, ce que l’on appelle le 3e pilier. Ces contrats individuels peuvent soit porter sur un produit avec rendement garanti (de 0% à 1,25% actuellement), soit investir dans des fonds de placement sur les marchés financiers. Selon Better Finance, le rendement net (après charges et taxation) est de l’ordre de 4% par an depuis le début de ce siècle. En cotisant le plafond annuel de 960 euros pendant 20 ans, vous pourriez donc tabler sur un capital de près de 30.000 euros. Un complément de retraite appréciable … avant d’en déduire la perte de pouvoir d’achat liée à l’inflation. En tenant compte d’une inflation annuelle de 2% –l’objectif de la Banque centrale européenne–, ces près de 30.000 euros ne vaudront plus que 20.000 euros après 20 ans. 

L’inflation et mon capital retraite

Même à la pension, l’impact de l’inflation ne doit pas être ignoré. Avec une espérance de vie moyenne de 20 ans à l’âge de 65 ans, le Belge doit en effet veiller à préserver son pouvoir d’achat. Les placements moins risqués, à privilégier, ne permettent pas de compenser pleinement l’inflation, mais le retraité ne peut pas se contenter du taux minimum légal de 0,11% (à peine 110 euros d’intérêt pour 100 000 euros de capital). Les livrets avec un rendement plus élevé ou d’autres formules comme les comptes à terme vous permettront de tempérer la perte de pouvoir d’achat et de ne pas grignoter (trop rapidement) votre capital.

Votre avis nous intéresse

Veuillez intoduire vos initiales.

Veuillez rédiger un commentaire.

Soyez le premier à ajouter un commentaire.

Nous sommes là pour vous.

Tous les jours de 8h30 à 19h00
Vendredi jusqu'à 18h30

employé 1 employé 2
Veuillez introduire uniquement des chiffres svp erreur Merci. Nous vous contactons aussi vite que possible.
et on vous rappelera!