L'ABC de la BCE

La Banque centrale européenne ne cesse de défrayer la chronique. Mais quel est le rôle de cette institution financière? Et comment ses décisions influencent-elles votre portefeuille? 
  • 21 octobre 2019
Het abc van de ECB

Qui est la Banque centrale européenne?

La Banque centrale européenne (BCE) tient solidement les rennes de la finance. Son président Mario Draghi veut raviver la croissance économique des pays de la zone euro, et ce avant que Christine Lagarde, ancienne directrice générale du FMI, lui succède le 1er novembre.

Mais qui ou qu'est-ce que la BCE? Et comment garde-t-elle l'économie européenne sous contrôle? Quelles sont les tâches de cette institution financière et sa mission de base est-elle un succès?

Nous sommes en juin 1998. La Banque centrale européenne (BCE) voit le jour six mois avant l'introduction de l'euro dans initialement 11 – et aujourd'hui 19 – États membres de l'Union européenne.

|nbsp;
|nbsp;
|nbsp;
La banque centrale doit veiller à la bonne santé des institutions financières, afin de limiter autant que possible les risques d'une nouvelle crise bancaire.

Deux taux d'intérêt européens

L'institution est en charge de la politique monétaire de la zone euro, de manière totalement indépendante, mais en tandem avec les différentes banques nationales. Son ambition: garantir la stabilité des prix et le pouvoir d'achat dans la zone euro. La BCE gère cette politique à l'aide de deux taux d'intérêt européens: le taux refi - également appelé taux repo - et le taux de dépôt. Le premier est payé par les établissements financiers qui empruntent de l'argent à l'organisme, le second leur est versé pour l'épargne qu'ils lui confient.

La BCE dispose également du droit exclusif d'émettre des billets de banque et de battre la monnaie dans la zone euro et gère les réserves en devises étrangères officielles des pays de la zone. La banque centrale doit veiller à la bonne santé des institutions financières, afin de limiter autant que possible les rrisques d'une nouvelle crise bancaire.

Ramener le niveau d'inflation à un niveau sain

Pour garantir la stabilité des prix et le pouvoir d'achat, il faut éviter que l'inflation ou la déflation ne déraille. La BCE vise une inflation saine 'inférieure à mais proche des 2%'. Mais c'est là que le bât blesse depuis quelques temps: l'économie européenne connaît une croissance beaucoup trop faible et la déflation pend comme une épée de Damoclès au-dessus de la zone euro, partiellement en raison des tensions géopolitiques comme le Brexit ou la guerre commerciale opposant les États-Unis à la Chine.

Pour stimuler l'inflation, la BCE a recours à deux instruments: l'abaissement de ses taux et l'injection massive de capitaux dans l'économie. Les taux d'intérêt européens affichent aujourd'hui un niveau historiquement bas. Avec un taux refi de 0%, les banques empruntent littéralement gratuitement à la BCE. Et le taux de dépôt ? Il a subi, en septembre, une nouvelle réduction pour être ramené à -0,5%, obligeant les banques à payer encore plus pour héberger leur argent auprès de la BCE. Ces deus mécanismes visent donc à contraindre les banques à faire circuler leur argent au lieu de le thésauriser.

En outre, dès le 1er novembre, la BCE injectera de nouveau 20 milliards d'euros mensuels dans l'économie européenne en rachetant des obligations. Cet 'allègement quantitatif' fera baisser le rendement des obligations et permettra aux gouvernements et entreprises d'emprunter de l'argent à meilleur taux pour investir dans l'économie réelle.

La grosse artillerie rate le coche

Mais aussi impressionnants soient-ils, les deux bazookas de la BCE n'ont guère porté leurs fruits à ce jour. Avec une inflation de 1%, la zone euro reste bien loin de l'objectif 'inférieur à mais proche des 2%'. Si les banques réagissent avec consternation, c'est parce que le taux négatif persiste non seulement plus longtemps qu'on le pensait initialement, mais continue même de baisser.

La BCE attaque-t-elle plus fort pour insuffler une nouvelle vie à l'économie de la zone euro? Il est encore trop tôt pour le dire.

L'avantage, c'est effectivement qu'emprunter n'a jamais été aussi bon marché. En effet, le nombre de Belges à faire revoir leur crédit hypothécaire n'a jamais été aussi élevé. En outre, certains empruntent aujourd'hui déjà à un taux d'intérêt négatif.

En savoir plus sur le train de mesures de la BCE?

Cette vidéo vous l'explique en trois minutes.

Votre avis nous intéresse

Veuillez intoduire vos initiales.

Veuillez rédiger un commentaire.

Soyez le premier à ajouter un commentaire.

Nous sommes là pour vous.
Tous les jours de 8h30 à 19h00
Vendredi jusqu'à 18h30
employé 1 employé 2
Veuillez introduire uniquement des chiffres svp erreur Merci. Nous vous contactons aussi vite que possible.
Enregistrez votre numéro de téléphone et nous vous rappelons au plus vite possible.

Attention

Vous êtes resté inactif pendant un certain temps sur le site sécurisé. Votre session se terminera dans peu secondes

Attention

Il y a encore des virements non signés dans votre enveloppe. Signez directement votre enveloppe ou déconnectez-vous et signez vos virements ultérieurement.