Penser à plus tard aide à épargner

Aimez-vous élaborer des projets d’avenir? Dans ce cas, vous aurez davantage tendance à épargner pour l’avenir. Élaborer des projets peut donc aider ceux qui souhaitent épargner davantage. 
  • 10 avril 2017
  • Temps de lecture total 3 min.

Penser à court ou à long terme

Vous avez découvert dans un autre article que votre perception personnelle de l’argent déterminait votre comportement financier. Mais comment se fait-il que certains épargnent assidûment pour l'avenir alors que d'autres y arrivent à peine? Comme l'expliquent Ben Granjé (Morningstar Benelux) et Robert Van Beek (About Life & Finance) dans leur livre ‘Waarde(n)vol’ (*), notre horizon temporel mental joue un rôle important à cet égard.

Élaborer des plans

De nombreux chercheurs se sont déjà penchés sur notre comportement en matière d’épargne. L'importance des revenus joue bien entendu un rôle, mais d'autres variables classiques telles que l'âge, la formation, le sexe, le lieu de vie, etc. ne semblent pas avoir d'effet à cet égard. De surcroît, l'un des éléments qui influencent le plus le comportement d'épargne n'a absolument rien à voir avec les paramètres démographiques. Il s'agit de notre horizon temporel mental, à savoir la mesure dans laquelle nous anticipons et planifions. 

Épargner pour plus tard

Les personnes habituées à planifier sur un terme de plus de cinq ans, et qui possèdent donc un horizon mental plus long, épargnent plus souvent et davantage.  À l’inverse, les personnes qui vivent au jour le jour épargnent moins, ont plus de risques de s’endetter davantage et ont même souvent une propension à l’impulsivité dans le cadre de leurs décisions financières. 
C’est surtout en matière d’épargne-pension que l’on note une différence entre les personnes qui réfléchissent à court ou à long terme. Les personnes qui possèdent un horizon temporel mental court épargnent beaucoup moins, même si elles gagnent des milliers d'euros en plus que les personnes possédant un horizon temporel mental long. Il semblerait donc que les personnes capables de réfléchir à plus long terme trouvent toujours un moyen d'épargner. 

Vous-même en plus âgé

Il existe heureusement de petites astuces pour affûter votre réflexion à long terme. Vous pouvez, par exemple, tenter de concrétiser vos attentes et vos objectifs pour plus tard. Supposons que vous partiez à la retraite d'ici une trentaine d'années. Où aimerez-vous alors habiter? Quels seront vos hobbys et avec quels amis passerez-vous le plus de temps? Plus vous brossez un tableau détaillé, plus l'effet sera marqué. Le raisonnement sous-jacent à ces exercices est le suivant: plus vous vous sentirez relié à votre alter ego plus âgé, plus vous aurez tendance à épargner pour plus tard.

Étape par étape

En guise de conclusion: modifier votre horizon temporel mental ne s'effectue pas en un tournemain. Si vous aviez l'habitude de vivre au jour le jour, ne prévoyez donc pas de planifier votre horizon à trente ans du jour au lendemain. Mais planifier à six mois ou à un an semble un objectif réalisable. Vous constaterez assez vite que vote horizon temporel à plus long terme contribue à influencer des milliers de petites décisions. Et ce sont celles-ci qui feront vraiment la différence en termes de réserve d’épargne. L'expression « Le temps, c'est de l'argent » prend ici un sens tout à fait littéral.

(*) « Loaded: Money, Psychology and how to get ahead without leaving your values behind » de Sarah Newcomb, Behavioral Economist auprès de Morningstar, et traduit en néerlandais par Ben Granjé, Morningstar Benelux, et Robert Van Beek, About Life & Finance, sous le titre « Waarde(n)vol 

Votre avis nous intéresse

Veuillez intoduire votre initiales.

Veuillez rédiger un commentaire.

Soyez le premier à ajouter un commentaire.

Nous sommes là pour vous.

Tous les jours de 8h30 à 19h00
Vendredi jusqu'à 18h30

Stephane Ginestet Cathérine Hamelink
Veuillez introduire uniquement des chiffres svp erreur Merci. Nous vous contactons aussi vite que possible.
et on vous rappelera!