Un passage à vide?
Gardez votre portefeuille fermé

Un petit passage à vide? Un peu de shopping vous fera du bien. Du moins, jusqu’à ce que vous regardiez votre compte bancaire. Un achat émotionnel pourrait bien vous faire culpabiliser plus tard. Comment être sûr(e) que vos économies ne souffrent pas de ce type d’achats? 
  • 28 novembre 2018
Benjamin Fry: “Les gens dépensent trop lorsqu’ils ont une mauvaise image d’eux-mêmes.”

Un boost positif, mais temporaire

La science a démontré qu’une perte de contrôle engendrait souvent un sentiment négatif. Et faire les boutiques nous donne l’impression de contrôler de nouveau les choses. Le shopping nous requinque donc, mais ce sentiment positif ne dure pas longtemps. Nous dépensons plus d’argent lorsque nous ne nous sentons pas très bien. 

Le psychothérapeute britannique Benjamin Fry en parle dans le magazine de BBC News: “Les gens dépensent trop lorsqu’ils ont une mauvaise image d’eux-mêmes. Dépenser de l’argent est une forme d’attitude compensatoire pour quelqu’un qui se sent petit à l’intérieur, mais veut être vu comme grand à l’extérieur.” Acheter des choses booste notre sentiment de contrôle et nous fait ainsi nous sentir un peu mieux dans notre peau. Mais ce sentiment fait rapidement place à un certain sentiment de culpabilité... et nous repartons donc de zéro.

Le syndrome de dépense excessive

Tout le monde achète des choses inutiles de temps en temps: une veste qui ne va avec rien, un appareil de cuisine qu’on n’utilise jamais... Nous réalisons souvent qu’un achat est superflu, mais faisons tout pour nous persuader qu’il est tout à fait utile et raisonnable. Nous justifions ainsi cet achat pour lutter contre notre sentiment de culpabilité – car, malheureusement, l’effet positif d’un tel achat n’est que de courte durée. 

AP Dijksterhuis, auteur du livre “L’argent fait-il le bonheur?”, explique ce phénomène dans le quotidien De Morgen: “Lorsque votre femme a vu ces chaussures dans la boutique, une petite voix lui a dit dans sa tête:
‘Oh, qu’elles sont jolies. Elles te vont bien, tu dois les acheter!’ Le fait que vous soyez content(e) d’un achat vient du fait que cette petite voix lancinante finit par se taire. Mais le week-end suivant, le même enfer recommence: ‘Tu aurais aussi dû acheter cette jupe, elle va si bien avec les chaussures!’ Acheter ne vous rend heureux qu’à court terme, cela n’a aucun effet sur le long terme, pour la raison que votre subconscient n’enregistre que les effets à court terme et ne se soucie pas du fait que ces chaussures n’ont pas changé votre bonheur sur le long terme. Vous continuerez donc à faire la même erreur.

Le problème, c’est que vous avez de plus en plus besoin d’un sentiment de bonheur intense. La petite voiture dont vous rêviez autrefois doit aujourd’hui être une voiture de luxe. Vous vous souvenez encore des odeurs et couleurs de votre premier repas dans un restaurant étoilé, mais si vous y mangez chaque semaine, vous en ressentirez plus autant d’extase.” 

Les phases d’un achat émotionnel

Le bref sentiment de bonheur décrit ci-dessus se retrouve également dans les phases d’un achat émotionnel: 

  • Vous voyez une chose que vous voulez. L’article magique qui résoudra tout et vous refera vous sentir bien. Votre cerveau est stimulé. 
  • Vous vous persuadez: votre cerveau vous donne toutes sortes de raisons pour lesquelles vous avez besoin de cet objet ou vous le méritez. 
  • L’adrénaline monte en flèche: l’achèterez-vous ou ne l’achèterez-vous pas?  
  • Déni: vous oubliez votre budget serré et procédez à l’achat.
  • Achat: vous payez, votre cœur ralentit, le besoin d’acheter est passé.

Résister à la tentation

Il va de soi que faire les boutiques a un sérieux impact sur votre budget. En outre, résister à la tentation demande une grande volonté. Une étude scientifique a démontré que cette volonté n’était pas illimitée dans le temps. Si, par exemple, vous avez eu besoin d’une grande autodiscipline pendant votre journée car vous suivez un régime et avez dû résister à l’appel de petites douceurs, vous serez plus sensible aux achats impulsifs le soir. 

Il convient donc de se créer des barrières supplémentaires qui vous empêcheront de céder à certaines tentations. Nous vous donnons ci-dessous quelques conseils concrets pour vous protéger des achats soudains et inutiles:

  • Si vous êtes sur le point de faire un achat impulsif, demandez-vous bien pourquoi vous devriez le faire. Si vous doutez, reportez l’achat au lendemain. Est-ce que vous le voudrez toujours vraiment? 
  • Laissez vos cartes de crédit chez vous et n’emportez que du liquide.
  • Soyez satisfait(e) de ce que vous avez. Ne vous comparez pas constamment avec les autres.
  • Mettez vos économies en sécurité sur un compte bancaire dans une autre banque. 

Une mesure simple mais très efficace consiste à séparer votre compte courant et votre compte d’épargne. N’ouvrez pas ces deux comptes dans la même banque. Vous serez ainsi moins tenté(e) d’utiliser vos économies pour des achats impulsifs et pourrez continuer à épargner en toute tranquillité, même quand votre self-control connaîtra une mauvaise passe. 

 

Votre avis nous intéresse

Veuillez intoduire vos initiales.

Veuillez rédiger un commentaire.

Soyez le premier à ajouter un commentaire.

Nous sommes là pour vous.
Tous les jours de 8h30 à 19h00
Vendredi jusqu'à 18h30
employé 1 employé 2
Veuillez introduire uniquement des chiffres svp erreur Merci. Nous vous contactons aussi vite que possible.
et on vous rappelera!